Les 12 travaux d'Hercule

L'hydre de Lerne
Héraclès, aidé de Iolaos, brûle l'une des têtes de l'hydre title=
Héraclès, aidé de Iolaos, brûle l'une des têtes de l'hydre.
Cartes
Carte travail 2 Carte travail 2
Un casse-tête grec

Lettre L erne se trouve près d'Argos, contrée non seulement fertile mais aussi sacrée car c'est ici que Dionysos descendit au Tartare. C'est donc dans cette région, célèbre pour ses rites nocturnes, que doit se rendre Héraclès pour sa seconde épreuve ; cette dernière consiste à débarrasser la population d'une bête terrifiante qui répand un venin si toxique que son haleine ou son odeur seuls suffisent à empoisonner les mortels : l'hydre de Lerne, monstre au corps de crustacé (de dragon ou de chien selon les sources) à qui l'on attribue de 5 à 100 têtes dont l'une est immortelle. Son repaire se trouve dans le marais de Lerne, tourbière sans fond dans laquelle disparaissent de nombreux téméraires...

Héraclès et l'hydre de Lerne, huile sur toile, Gustave Moreau, 1876 Héraclès et l'hydre, bronze, Rudolf Tegner, début XXe siècle

Guidé par son neveu Iolas, Héraclès arrive dans la région désolée de Lerne. Ne voyant ni âme qui vive, il contraint le monstre à sortir de son antre en décochant des flèches enflammées sur les roseaux avoisinants ; effrayée par les flammes, la bête surgit sous un platane. Héraclès se lance vers l'hydre, sa massue en main, et retenant son souffle. Mais tandis que s'enroule la queue de la bête le long de sa jambe, le héros s'aperçoit avec horreur que pour chaque tête qu'il écrasait, deux ou trois repoussaient. Enragé par ce phénomène et pincé au pied par un énorme crabe venu porter secours à l'hydre, Héraclès demande le renfort de Iolas ; ce dernier trouve rapidement une solution : pour empêcher que les têtes ne repoussent, il suffit de brûler les blessures au fur et à mesure qu'on les coupe. Il embrase alors la forêt avoisinante afin d'y recueillir des brandons ardents. à partir de ce moment les deux hommes joignent leurs forces : Héraclès s'arme d'une serpe d'or et tranche de sa force légendaire les innombrables têtes tandis que son neveu cautérise de ses tisons les chairs ensanglantées évitant ainsi qu'elles se régénèrent... Il reste alors à se débarrasser de l'ultime et immortelle tête de l'hydre que le héros frappe avec la même rage qu'antérieurement et qu'il enterre au plus vite, encore vibrante de sifflements perçants, sous un gros rocher. On raconte que, de nos jours, on peut encore entendre les terribles grondements de l'impérissable crâne envahir la contrée de Lerne.

Héraclès lutte contre l'hydre, lécythe à figures noires, peinture de Diosphos, Ve siècle av. J.-C. Héraclès et l'hydre de Lerne, huile sur toile, Guido Reni, 1622. Héraclès et l'hydre, huile sur toile, Zurbarán, 1637.

Quand le calme revient enfin envahir le marais, Héraclès se penche sur le corps inerte et mutilé du monstre, l'ouvre de haut en bas et trempe chaque pointe de ses flèches dans le venin de ses entrailles : dès ce moment, la moindre blessure causée par l'une de ces flèches empoisonnées entraînerait une mort certaine chez les mortels et des blessures incurables chez les immortels. Mais Héraclès ignorait que le poison qu'il venait de prélever de l'hydre serait la cause indirecte de sa mort (voir l'épisode de Déjanire et Nessus).

Héraclès et l'hydre, bronze, anonyme, milieu XVIe siècle. Héraclès et l'hydre, bronze antique.

Quand notre héros informa la Cour de sa difficile victoire, le roi de Mycènes et de Tirynthe contesta son succès : en effet, l'ingénieux Iolas avait permis à Héraclès de mener à bien son épreuve et, selon Eurysthée, ceci était une violation des règles qu'il avait établies.

Héraclès au repos, dessin, Giulo Romano, XVIe siècle.