Premier pas Les 12 travaux d'Hercule Héros et dieux Art et culture

Le héros face aux juments carnivores
Le héros face aux juments carnivores.
Carte

Carte travail 8

Les pouliches carnivores

Un beau L e huitième travail va conduire le héros dans les régions nord du monde grec, là où vivent les sombres peuples barbares. En effet, Eurysthée ordonne à Héraclès de se rendre en Thrace (territoires répartis de nos jours entre Bulgarie, Grèce et Turquie occidentale) afin de subtiliser les quatre juments carnivores de Diomède. Ce dernier est le fils d'Arès, dieu de la guerre, et de la néréide Cyrène, et il règne en maître sur les cruels Bistones, peuple querelleur de la contrée thrace. Pour la première fois depuis le début de ses travaux, le succès d'Héraclès passait donc par un combat contre une armée belliqueuse.


Sans doute intéressé par la conquête de la Thrace, Eurysthée autorise au héros de constituer une troupe de volontaires afin de vaincre plus aisément les barbares. Même si Héraclès est persuadé qu'il est assez fort pour dérouter seul n'importe quelle armada, il cède finalement face à l'obstination des hommes les plus motivés. Parmi ceux-ci figure l'un de ses amis nommé Abdéros, originaire de la cité d'Oponte en Locride et fils du dieu Hermès ; le héros lui fait tellement confiance qu'il le charge d'organiser la traversée en bateau. Quand s'achèvent les préparatifs et que l'équipe est prête à mettre les voiles, Héraclès fait savoir qu'il ne les accompagnerait pas sur la mer Egée...le héros abandonnerait-il ces compagnons de peur de devoir affronter les Bistones ? Évidemment non, en fait, il préfère faire le voyage en marchant plutôt que de supporter l'incessant tangage du navire ; il leur donne rendez-vous sur place, en Thrace. Il quitte donc Mycènes et entame une très longue promenade que seule une extraordinaire constitution physique pouvait lui permettre de surmonter... et tout cela à cause de son mal de mer!

Le héros traverse l'isthme du Péloponnèse, puis la Béotie avant d'atteindre la Thessalie. Là, quelque peu fatigué, il décide de faire une petite halte chez son ami Admète, souverain de Thessalie. Mais ce qu'Héraclès ne sait pas c'est que son hôte vit un moment très difficile.

En effet, le pauvre Admète vient de perdre Alceste sa tendre épouse ; et toute la maison, parents et serviteurs, pleure le sacrifice de la reine. La cause de cette mort remonte à quelques années auparavant et elle implique deux dieux de l'Olympe : à la suite de la mort de son fils Esculape causée par Zeus, Apollon massacre en retour les ouvriers du souverain de tous les dieux, les cyclopes primitifs. Zeus décide alors de le punir pour cette basse vengeance et il lui impose un an d'esclavage sur terre lui choisissant pour maître...le malheureux Admète. L'année de châtiment d'Apollon va se dérouler au mieux, il se lie rapidement d'amitié avec Admète, Alceste et avec tous les serviteurs du palais royal. Un jour, il découvre que les trois Parques (Clotho, Lachésis et Atropos) s'apprêtent à couper le fil de la destinée d'Admète ! Apollon met vite au courant le roi de Thessalie et lui annonce que son unique sursis serait de trouver la belle âme qui accepterait de mourir à sa place... Après le refus successif de ses vieux parents et de ses meilleurs amis, il s'en va trouver, désespéré, celle qu'il aime le plus au monde, son épouse Alceste ; cette dernière n'hésite pas une seule seconde et dans un élan de courage et d'abnégation elle accepte de se sacrifier corps et âme à son mari... en embrassant sa femme il s'aperçoit qu'il serre un corps déjà sans vie. C'est donc peu de temps après la mort d'Alceste qu'arrive Héraclès ; celui-ci est impatient de revoir son vieil ami, et il est bien décidé à profiter au maximum de son séjour avant de partir au combat. Admète l'accueille chaleureusement en habits sombres. Le héros, ennuyé et confus, se propose de passer son chemin et de le laisser en paix, mais le maître des lieux, au contraire, lui offre l'hospitalité et le reçoit noblement. Il reste très évasif quant à l'identité de la défunte et s'empresse de faire conduire Héraclès loin des lieux des funérailles.

La mort d'Alceste ou 
                    l'Héroïne de l'amour conjugal Hermès et hercule 
                    ramenant Alceste des Enfers
La mort d'Alceste ou l'Héroïne de l'amour
conjugal
, huile sur toile, Zurbarán.
Hermès et hercule ramenant Alceste des Enfers,
amphore à figures noires, 530-520 avJC.

Ce dernier se retrouve donc seul à dîner et, sans se soucier de rien, il réclame aux domestiques les mets les plus exquis, les vins les plus raffinés...qu'il ingurgite aussi vite qu'ils sont venus. Après s'être repu et enivré, il chante à tue-tête, hurle, ri aux éclats devant des domestiques indignés par sa conduite ; l'un d'eux se risque d'ailleurs à lui faire remarquer que son comportement indécent offense la cérémonie funèbre ; mais pourquoi se sentirait-il affecté par la mort d'une étrangère? Héraclès commence à sentir qu'on lui cache quelque chose ; au moment où un valet lui rempli son verre de vin il lui saisit son bras : va-t-on enfin lui expliquer ce qui se passe vraiment ? le pauvre domestique sait très bien qu'il ne faut pas plaisanter avec un Héraclès en colère et encore moins quand il nous tient le bras...Il révèle alors au héros qu'il ne s'agit en rien de funérailles ordinaires mais bien ceux de la reine Alceste. Héraclès encaisse durement le coup, son ami Admète ne lui avait rien raconté par excès d'hospitalité et il s'était saoulé sans se rendre compte de rien ; inondé de remords il tente de trouver le moyen de se repentir. Le lendemain matin, de retour à son palais, Admète, encore bouleversé par le sacrifice de son épouse, apprend qu'Héraclès est revenu d'une virée nocturne. Inquiet, il s'en va prendre des nouvelles. A sa grande stupeur, il découvre son hôte accompagné d'une femme qui se trouve être...Alceste. Héraclès était allé la chercher dans l'Hadès (le monde des morts) et l'avait ramenée dans la nuit ; ébahi par cette vision, Admète ne pouvait que constater la dualité du héros successivement naïf et stupide, maladroit et fruste, puis honteux et repentant, enfin, certain de sa force, il défie la mort pour réparer ses erreurs...cet épisode résume à lui seul les qualités et les défauts d'Héraclès. Satisfait d'avoir réuni le couple royal, le héros repart en direction du nord non sans avoir reçu de chaleureux adieux d'Alceste et d'Admète.

Hercule luttant contre 
                    la mort pour le corps d'Alceste
Hercule luttant contre la mort pour le corps d'Alceste, 1871, Leighton
Le reste du trajet n'est qu'une formalité, il traverse la Macédoine puis la Chalcidique sans aucun contretemps et atteint finalement la Thrace. Son flair légendaire lui permet de localiser les écuries royales de Diomède : il découvre, enchaînées à leur abreuvoir, les quatre juments en train de dévorer les restes d'un voyageur égaré. Héraclès ne perd pas de temps et, jouant de sa massue, il écrase le crâne des gardiens pétrifiés par la peur et détache les horribles équidés. Mais au moment où il s'apprête à dérober les juments, l'alerte est donnée : les Bistones se rassemble derrière leur chef Diomède et se jettent sur les traces du voleur. Héraclès atteint rapidement les plages égéennes où l'attendent Abdéros et les autres volontaires qui languissent depuis plusieurs jours au large des côtes. Le héros leur promet de l'action car les barbares se sont révoltés et ils n'ont pas l'air spécialement paisible. Avant de partir au combat, il confie les juments anthropophages à son fidèle Abdéros non sans l'avoir averti que ces pouliches avait la fâcheuse tendance de croquer des humains...

Diomède dévoré 
                    par ses chevaux Diomède
Diomède dévoré par ses chevaux, huile
sur toile, Gustave Moreau, XIXème siècle.
Diomède, huile sur toile,
Gustave Moreau, 1851.

Le combat fait rage entre les deux troupes : fidèle à lui-même, Héraclès anéantit la majorité des Bistones en les martelant de son gourdin ; devant la rage du héros, les survivants battent en retraite ce qui sonne le glas de la fière armée thrace. Le butin qu'on apporte à Héraclès n'est pas négligeable, en effet ses fidèles compagnons ont capturé Diomède, le roi de Thrace. Toutefois, la joie de la victoire militaire est de courte durée ... quand le héros et son équipe regagnent le navire, ils s'aperçoivent que les juments ne sont plus surveillées par personne, autrement dit, le malheureux Abdéros avait été dévoré par les boulimiques équidés. Fou de colère et envahi par le chagrin, Héraclès jette le cruel Diomède dans l'auge de ses propres bêtes, il rend ainsi justice à son défunt ami et à tous les voyageurs qui succombèrent dans les écuries thraces.

Hercule et Diomède Hercule et Diomède Hercule et Diomède
Hercule et Diomède, huile sur
toile, Pierre Gros, 1835.
Hercule et Diomède, huile sur toile,
Charles Lebrun, XVIIème siècle.
Hercule et Diomède, dessin,
anonyme italien, XVIème siècle.

Avant d'embarquer pour Mycènes, Héraclès donne une nouvelle preuve de son bon cœur : tout près de la tombe d'Abdéros il fonde en son honneur la cité d'Abdéra laissant ainsi sur les bords de la mer Egée le souvenir d'un ami sincère.

Comme il était convenu, le héros présenta à Eurysthée les juments anthropophages de feu Diomède validant par-là même son huitième travail. Mais le roi de Mycènes, indiscutablement peu téméraire, relâche dans la nature les quatre montures qui gagnèrent un peu plus tard le mont Olympe où, selon certains, elles furent dévorées par des bêtes sauvages ; selon d'autres sources, elles furent sacrifiées à la déesse Héra et on dit que leur descendance se perpétua jusqu'aux temps d'Alexandre le Grand.

Le taureau de Crète   La ceinture d'Hippolyté

Valid XHTML 1.0 Transitional
Hit-Parade




Ce site a été réalisé par Maponos©. Les 12 travaux d'Hercule - 2004/2017